CECI FAIT PARTIE DE DIEU: ACCOMPAGNER ET SERVIR LES PAUVRES

Written by misioneras

10/03/2021

Formosa, Argentine

Une historie dramatique

Une jeune maman de 18 ans parcourant 300 kilomètres sur de mauvaises routes. Lorsqu’il est arrivé à Formose, ella a souffert d’une éclampsie; elle decéde avec une grossesse à terme. Sarita est née avec un bon poids, mais avec une maladie cardiaque congénitale. Elle avait besoin d’être traitée médicalement pour vivre. Il n’y avait nulle part où l’emmener, alors nous l’avons ramenée à la maison.

Presque immédiatement, nous avons informé une de ses tantes, qui a dû quiter la communauté pour venir á la ville. Les études et les tests medicaux ont commencé, la tante allait et venait avec Sarita, restant avec nous à la maison. Dieu merci et en raison de la gravité de son arythmie cardiaque, nous avons réussi à la faire soigner à l’hôpital de haute complexité, en cours de traitement. Sarita, avec ses quelques mois, a traversé des situations très délicates, mais a pu se remettre presque complètement. À un an, ils l’ont libéré pour qu’il vienne faire un contrôle.

C’est l’une des nombreuses histoires dramatiques que nous accompagnons.

L´Equipe

Les MCE de Formose (Argentina) font partie de l’équipe pastorale aborigène diocésaine. C’est toute une équipe pour pouvoir les servir et être au service total des communautés autochtones. EDIPA entreprend sa mission dans trois domaines: l’éducation, le placement et la santé. Nous effectuons notre travail dans ce dernier domaine.

Toute la communauté y participe. Lorsque les communautés autochtones doivent évacuer vers un hôpital de Formose, nous y sommes. Nous accueillons les mères avec leurs enfants; les hommes atteints de maladies graves. Les peuples autochtones du pays vivent dans des zones reculées de la ville, et il est nécessaire de les accompagner dans divers services: obtenir des rendez-vous médicaux, acheter des médicaments, avoir un logement ou obtenir ce qui est nécessaire pour qu’ils puissent être avec leur malade membre de la famille à l’hôpital. Lorsque les traitements sont longs, ils restent à la maison.

Aussi, lorsqu’ils se rendent d’une ville à une autre pour une assemblée, ils sont accueillis chez eux. Même lorsque l’assemblée est en ville. C’est un très beau travail de rendre possible les conditions pour que les peuples vivent selon leur propre identité culturelle.

Nous nous sentons au service des plus pauvres du diocèse. Et nous sentons que cela vient de Dieu.

H. MARTA ALONSO

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SUR LES ROUTES ET À LA MAISON

SUR LES ROUTES ET À LA MAISON

Ces jours-ci, nous avons eu des réunions télématiques avec les communautés de Plasencia (Cáceres, Espagne) et NdogPassi (Douala, Cameroun). Plasencia est une communauté pastorale rurale itinérante. Dans cette pastorale, vous devez être avec les gens. En cela, il est...

IL A RESSUCITÉ … AU MILIEU D´UNE PANDÉMIE

IL A RESSUCITÉ … AU MILIEU D´UNE PANDÉMIE

Il y a un an, tout était prêt pour vivre les jours pré-Pâques. Quelques jours de prière et de réflexion autour de la passion, la mort et la résurrection de Jésus. Les agents pastoraux ont préparé la pré-Pâques avec une immense joie. Une centaine de jeunes de toutes...