TOUJOURS ESPERER.

Written by misioneras

10/01/2022

CENTRE NOEMI, KISANTU (R. D. CONGO)

L’AUTONOMISATION DE LA JEUNE FILLE-MERE : une urgence pour son épanouissement 

La condition de la jeune fille mère en RDC

Reste une situation préoccupante  tant pour elle-même, pour la famille que pour toute la société à cause de sa fragilité et de sa vulnérabilité. Dans certaines contrées, cette dernière ne bénéficie pas des mêmes chances que les autres enfants de sexe opposé. Sa vulnérabilité se traduit par des grossesses précoces, des concubinages obligés, son expulsion des domiciles familiales pour plusieurs raisons : la maman qui épouse un autre homme qui n’est pas le géniteur de la fille,  la jeune vit avec un membre de famille, ou encore la fille est orpheline et des services corporels et moraux qu’elle subit à la suite d’une grossesse avant le mariage et dans certains cas des viols dont elle peut être victime. C’est  elle qui une fois enceinte est abandonnée par son partenaire et est obligée d’assumer toute seule la stigmatisation de la famille et de la société. «  Qui va épouser une fille qui a déjà des enfants et même avec des pères différents ? »Tous ces éléments entrainent un décrochage scolaire chez la plupart des filles mères régulièrement inscrites d’une part et une compromission de leur épanouissement d’autre part.

Eprouvant des difficultés pour survivre, elles se donnent à exercer des activités génératrices de revenus. Mais, malheureusement, elles ne trouvent pas un rendement efficace à besoins, suite à un fond de roulement insignifiant et elles sont désormais prises comme nuisibles à la société. Ce qui entraine par conséquent la pauvreté à leur égard, la marginalisation, le manque d’estime de soi et l’irresponsabilité notoire. Par la suite, il est assez courant de les retrouver dans les emplois précaires : vendeuses de cartes mobiles, vendeuses en détail, femmes de ménages et que sais-je encore ? D’autres encore ou alors abandonnées à elles-mêmes sont obligées de mendier, de voler ou de se prostituer.

Le centre de formation NOEMI

C’est pour palier dont à cette situation et encourager les jeunes filles –mères vivant dans ce combat que nous Sœurs MISSIONNAIRES CROISEES DE L’EGLISE  avions mise sur pied le centre de formation NOEMI  qui vise à encadrer les jeunes filles désireuses d’acquérir des aptitudes techniques afin de transformer leur vie future et parvenir à se prendre elle-même en charge.

Le Centre Noemi offre comme opportunité de formation :

  • Le français
  • L’éducation à la vie
  • La coupe et la couture
  • L’esthétique
  • La coiffure
  • La Nutrition

Notre défis est celui de Créer des opportunités d’accès à la formation pour les filles-mères célibataires, et vulnérables, afin de développer les valeurs humaines, de renforcer les motivations et des espoirs pour une vie décente et offrir de nouvelles alternatives pour la survie et une condition de vie améliorer devant les aider à relever leur dignité.

 Pas facile à atteindre nos objectifs mais l’espérance nous anime à aller toujours de l’avant.

Sr. Anny Ngoueko MCE

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous avons tous une étoile.

Nous avons tous une étoile.

Epiphanie du Seigneur Nous avons tous une étoile qui, la nuit, nous fait rêver. Une étoile qui nous inquiète et nous fait rêver à une vie meilleure, une vie qui a la lumière de l'Evangile. Il y a des moments où, en lisant un fait divers, votre star vous indigne et...

CONSEILLER, ACCOMPAGNER, FORMER.

CONSEILLER, ACCOMPAGNER, FORMER.

DIOCÈSE D'ORIZABA, VERACRUZ (MEXIQUE) Nous sommes immergés dans la pastorale de la parole. À son arrivée à la paroisse du Sacré-Cœur de Jésus, le Père Helkyn Enríquez Báez nous a convoqués à une réunion pour discuter du travail pastoral que nous y réaliserions. Après...