DEMEURE DANS MON AMOUR.

Written by misioneras

07/10/2021

TEMOIGNANGE VOCATIONELLE DE SALVADOR RUIZ (Jaén, Espagne)

Salut! Je suis Salvador, je viens de Jaén, j’ai 20 ans et je commence cette formation en tant que séminariste au Séminaire diocésain.

Je commence ce voyage convaincu qu’il existe un Dieu qui m’aime et qui, en la personne de Jésus, m’invite à mettre mes dons au service des autres, en leur apportant cette expérience, ce message : qu’il existe un Dieu devenu chair, qui fait du pain, pour devenir proche de moi… un Dieu qui habite en moi et qui est présent aussi bien dans le grand et le merveilleux que dans l’humble, dans la pauvreté, dans le simple et le caché, un Père qui marche à nos côtés dans la joie et la douleur… à qui nous retournons toujours… qui nous attend toujours… qui nous invite à être une mission.

Mon cheminement vocationnel commence l’année de la miséricorde, en accompagnant le chef de ma fraternité, le Christ de Miséricorde, qui a présidé la célébration de l’ouverture de la porte sainte dans notre cathédrale. Devant l’étonnement de voir tant de prêtres et de séminaristes dans la procession d’entrée, mes yeux se sont fixés précisément sur un, qui m’a semblé pleurer et la question s’est posée en moi de savoir si ces sentiments, ces larmes, avaient été provoqués par le Seigneur. .. Si le Seigneur pouvait enlever même les profondeurs de cette personne qui s’est donnée à lui, s’il le remplissait d’émotion au point de le faire pleurer…

Au cours des mois suivants, diverses activités ont commencé pour mettre un visage sur les jeunes du diocèse, mus par les groupes de Kairós, auxquels il appartenait à l’époque, avec lesquels j’ai connu le cœur du diocèse : le séminaire ; et avec qui j’ai participé en tant que bénévole à la foire de la miséricorde, un événement au cours duquel diverses congrégations et organisations de notre diocèse se sont fait connaître, parmi lesquelles étaient présentes les Croisades Missionnaires de l’Église, congrégation à laquelle appartiennent deux grandes tantes miennes, dans laquelle j’ai été éduquée et avec laquelle j’ai grandi depuis que je me souviens …  » mes nonnes  » comme je dis affectueusement quand je parle d’elles aux autres … un charisme auquel je respire et auquel j’aspire …

Comme je l’ai dit, dans cet événement, différentes activités ont été développées. L’un d’eux nous a demandé d’écrire un plan pour l’avenir, une chose brève, que nous mettrions sur un petit morceau de papier pour l’offrir au Seigneur, formant une chaîne entre les désirs de chacun de nous qui étaient là.. .. ce papier a été écrit… Et c’est que lorsque j’ai regardé l’image de Mère Nazaria -qui était dans la tribune d’en face- ma main, sans réfléchir, a écrit ce que mon cœur me disait quand je regardais le sien; la phrase par laquelle elle répondrait à l’appel de Jésus à la veille de sa première communion : « Oui, Seigneur… je te suivrai au plus près… » et il y avait mon petit bout de papier, sans beaucoup d’importance, comme de rien… sans savoir que déjà le Seigneur faisait un trou dans mon cœur, à son style, comme une pluie fine qui trempe la terre, dans les petites choses, dans les simples…

J’ai continué à participer aux activités pastorales de l’école en tant que moniteur des groupes missionnaires, dans la chorale paroissiale, dans le groupe des jeunes de la confrérie… m’impliquant de plus en plus et rendant mes racines et mon action de plus en plus fortes.. faire du volontariat, m’impliquer encore plus dans la pastorale des jeunes et vocationnelle du MCI… où j’ai vécu de belles expériences et rencontré des personnes qui avec le temps, et malgré la distance, deviennent une famille…

C’est là que le Seigneur revient pour faire sa propre chose… dans certaines réunions pascales, juste avant de finir le désert le samedi de Pâques, la question se pose en moi… « Et que faites-vous pour le Christ ? » suivi d’un souhait: « Reste dans mon amour. »

En entrant à nouveau dans la pièce et en contemplant la croix, j’ai fait une mer de larmes, car j’ai senti que de cette croix naissait une force d’amour et de miséricorde qui m’était donnée, que tout était pour moi… que Je devrais vivre dans cet amour et le faire connaître, le faire vivre pour les autres.

Depuis, j’ai essayé de répondre à toutes les questions, les soucis que le Seigneur a mis en moi…

J’ai commencé le collège… l’enseignement… la carrière dont je rêvais depuis mon enfance… Être enseignante comme mes professeurs… tout en suivant le Seigneur au plus près, collaborant encore plus aux activités de la paroisse en préparant l’adoration eucharistique les jeudis, participant à l’Eucharistie quotidienne encourageant fréquemment la communauté, dans la fraternité des vocations des cultes et des jeunes, il continuait à se donner à cent pour cent dans la pastorale des jeunes…

Cependant, je ressentais de plus en plus le besoin de me donner plus, de m’impliquer davantage… Le Seigneur m’en demandait plus… plus… plus proche… et ce n’était pas facile… les doutes me rongeaient.. .. ou plus que des doutes, vertige… J’en suis capable ? Maintenant que j’ai tout ça… une mi-carrière, avec de bonnes notes, des cours partout, de bons camarades de classe, de bons amis, mille projets à faire… pourtant… malgré tout, une seule chose calmerait toute mon agitation , que ni les meilleures notes, ni la carrière la plus prestigieuse, ni les meilleurs voyages ne sauraient apaiser… un projet de vie, livraison gratuite et généreuse que je commence à dessiner sur les traces du meilleur Enseignant… œil vigilant de Maria… avec une attitude fidèle, guerrière, sans lâcheté… tout amour… me faisant présent parmi les gens, me partageant parmi les pauvres, serrant la main des morts, rompant le pain avec eux… donner ma vie… tout mon être… pour le Christ, l’Église… enfin le projet La vie que le Seigneur a pour chacun de nous n’en vaut pas la peine… mais la vie elle-même !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

REDÉCOUVREZ LA JOIE D’ÊTRE LE PEUPLE DE DIEU.

REDÉCOUVREZ LA JOIE D’ÊTRE LE PEUPLE DE DIEU.

OUVERTURE DU SYNOD SUR LA SYNODALITÉ. "Être le peuple de Dieu qui marche ensemble, à l'écoute de tous." Avec ces mots, le Pape François nous a demandé de prier pour l'ouverture du Synode le 10 octobre. Auparavant, le samedi 9 octobre commencera par l'intronisation et...